La Roulotte de Casimir

Deuxième hiver

(JPG)

La saison bat son plein, du bois, du feu, du foin et des provisions. Le temps automnal est des plus cléments depuis la dernière chute de neige. Froid, sec, stable. Qu’il en soit ainsi, afin de clore toutes les préparations dues à notre vie champêtre et bohème. L’endroit est beau sous la montagne. Le pic du Pelvoux vibre de mille feux sous le soleil des matins et le diadème de ses glaces ceinturant son sommet. Les herbes séchées des alpages, grillées par les nuits de dix degrés en dessous de zéro continuent de nourrir les chevaux. La nouvelle venue, Nata, a rejoint la bande des trois. Entre coups de dents irascibles et tacles menaçants, la hiérarchie s’est réorganisée le long des sentes et des pentes où nous les emmenons paître. La nouvelle recrue est puissante. Un ardennais de 750 kilos sachant tout faire, débardage, travaux agricoles et attelage. Fine en bouche, de belle allure, trapue comme un tonneau et dotée d’une double croupe, c’est une jument confiante, bien dans sa tête et rassurante pour la proximité des enfants. Nous remercions chaleureusement à ce propos les recommandations de Jean Etienne, éleveur de St Denis du Payre d’où nous sommes partis en Septembre 2010, grâce à qui nous avons obtenu aussi Tsarine, la jument mulassier poitevin. La deuxième roulotte se verra donc tractée par la petite bretonne Fiona et Nata. En parlant de cette deuxième roulotte, nous y avons construit quatre lits superposés, posé un toilette écologique et une douche, un petit poêle Jotul après la pause d’une isolation complète en liège et ouate de cellulose, ce qui fait aux enfants un petit nid douillet pour l’hiver.

(JPG)

8 décembre ; neige, à petits flocons, quelques centimètres, la saison commence à petits pas. Les quarante derniers centimètres de début novembre avaient vite fondu. Les chevaux font des cavalcades et glissent, s’ébrouent et reparte de plus belle sur le nouveau tapis semblant les surprendre. 1 Janvier Bonne année à tous, plein de bonnes choses, de l’amour et de la liberté pour le vivre. Il fait beau, presque chaud, une année clémente certainement.

(JPG)

La saison bat cependant son plein, son plein de boulot, juste de quoi repartir un peu plus loin, au fil des ans, le long de la grande ligne droite qui devrait nous mener au bout de la terre de chez nous. Neige molle, âtre doux, chevaux aux petits soins, traîneau, luge et ski. Tout ce monde va bien finalement entre les petits câlins de la vie et les grandes virées en terres devenues sauvages sous l’hiver. Encore un grand salut à vous tous qui nous lisez. Désolé pour la raréfaction des éditions, nous n’avons malheureusement pas de connexion internet et les journées de 30 heures que nous vivons ne sont pas assez longues. Avec toutes nos salutations

Répondre à cet article